Sélectionnez un champ de recherche :  Sélectionnez un format : 

 
 
Retour à tous les posts du blog
 
 

L'album du mois : To Pimp a Butterfly de Kendrick Lamar

On vous a déjà parlé de rap américain dans notre rubrique du disque du mois, puisqu’on vous a conseillé en mai dernier l’album Straigh Outta Compton de N.W.A. Et on revient à la charge aujourd’hui, pour un album d’un tout autre style, mais tout aussi classique bien que plus récent puisque sorti en 2015. On vous parle aujourd’hui de l’excellent To Pimp a Butterfly de Kendrick Lamar.




Et oui, on vous parle bien d’un album qui est de 2015 en vous le présentant comme un classique. Mais c’est parce que ce dernier est très largement considéré comme tel, ce qui peut être impulsé par le fait que son auteur soit considéré par beaucoup comme le meilleur rappeur américain actuel, nous en conviendrons, comme le prouvent ses différentes victoires aux Grammy Awards 2018 ainsi que sa prestation sur scène. Mais ce statut d’album classique vient aussi certainement d’une esthétique vintage qu’il présente avec une efficacité impressionnante.

L’œuvre nous offre une modernisation de 50 ans de musique noire, sous l’ombre d’une influence soul et funk très marquée. On pourra notamment penser au sublime Wesley’s Theory qui ouvre l’album en présence de George Clinton, lui même considéré comme étant l’un des pères fondateurs de la musique funk.




Au delà d’une richesse musicale originale et sublimement interprétée, la prouesse textuelle de Kendrick Lamar est tout aussi présente, autant dans un cadre technique, grâce au flow inégalable du rappeur, que pour son contenu. On pourra penser au morceau U, dans lequel le rappeur s’attaque à sa propre célébrité. Mais comment ne pas parler de l’excellent King Kunta ou s’entrechoquent exquise sonorité Funk, délectation d’un flow hors norme et référence judicieuse à Kunta Kinté, personnage du roman Racines d’Alex Haley et de la série de 1977, du même nom, qui traitent de l’esclavagisme afro-américain.

Si certains critiqueront la mélomanie mégalomane, pendant que d’autres lui reprochent sa mégalomanie mélomane, l’artiste se plaisant à mettre son narcissisme en musique, on lui accordera tout de même son génie musical. Alors n’hésitez pas à écouter cette œuvre qui est bien souvent considérée comme le meilleur album de 2015, voire le meilleur album de rap des 10 dernières années.



 
 
 
 
 
Ajouter un commentaire :
Pour ajouter un commentaire, vous devez vous connecter sur votre compte CDandLP.com
 
 
 
 

Saint Valentin : notre playlist !

 

La playlist du calendrier de l'avent

 

Johnny, une légende !

 

Otis Redding, une carrière courte et influente

 

L'album du mois : Exodus by Bob Marley And the Wailers

 

Rolling Stone : Groupe mythique